Powell Peralta

Support: Skate

Dimension: 80x20

Technique: Pochoir (6 Layer) / Spray

Année: 2014

Souvenir de ma première board en 1989, une Steve Saiz de chez Powell Peralta


Disponible
Disponible

Il n’y a eu que très peu de films sur le skateboard mais tout de même assez pour y trouver un chef-d’oeuvre, qui n’est autre que Les Seigneurs de Dogtown, la version romancée du docu de Stacy Peralta, Dogtown and Z-Boys.


Je me rappel à l’époque où je faisais encore du skate, j’étais comme un fou à l’idée qu’un film digne de ce nom traite de l’univers du skateboard. Je veux dire par là un vrai film, pas un de ces téléfilms américains comme on pouvait en voir sur Canal J. Mais qui sont ces fameux Seigneurs de Dogtown au juste? Il s’agit en fait d’une bande de surfers des années 70, les Z-Boy composée de Jay Adams, Tony Alva et Stacy Peralta, ces deux derniers étant les plus renommés, le premier pour avoir fondé Alva Skates et ridé pour Vans et l’autre pour avoir co-fondé  Powell-Peralta et surtout la Bones Brigade, dont faisait parti Tony Hawk. Ce sont en fait ces trois gaillards qui ont donné les lettres de noblesses de la discipline, transposant le surf à la rue en skatant des piscines vides afin de recréer la sensation des vagues. Ca n’a l’air de rien aujourd’hui mais c’était une véritable révolution à l’époque et ce sont les Z-Boys qui en étaient à l’origine.


Suite à cela, le skate sera au coeur d’un véritable engouement populaire et forcément dans ces cas-là, le business n’est jamais très loin pour s’en mêler et va mettre à mal l’amitié entre les pionniers du skate, partagés alors entre dollars, ambition et soif de reconnaissance, surtout pour le jeune Tony Alva. C’est surtout ce que s’attache à montrer la deuxième partie du film, dans laquelle le fun laisse sa place à l’amertume et on sent bien qu’en créant un mouvement aussi intense, chacun va devoir trouver sa place dans cette industrie naissante en rapport à ses valeurs. Le film est donc loin d’être superficiel et évite de nombreux pièges dans lesquelles ils auraient été facile de tomber.


Même si les acteurs ne sont pas tous au top et que les femmes n’apparaissent pas sous leurs meilleurs jours, le film possède des qualités indéniables: le grain de l’image très retro, la Californie toujours aussi attirante, les scènes de skate étonnamment bien filmées, une ambiance intimiste, un scénario maîtrisé et convaincant qui fait honneur au skate, une BO en or, etc. Le film est une réussite.


Que vous soyez fans de planches à roulettes ou simplement curieux de découvrir la naissance du skate, le film sera ravir tout le monde.